CAPONATA – du soleil dans votre assiette !

Caponata bandeau

A nous la Caponata !

Le week-end dernier nous recevions une dizaine d’amis, le temps étant magnifique, le barbecue s’est imposé !

A la bonne franquette, tout le monde a mis la main à la pâte (oui, nous avons des amis formidables !), l’idée étant de profiter un maximum d’être tous ensemble et non pas derrière les fourneaux. Du coup, l’idée m’est venue de réaliser une Caponata

Ça se fait la veille, c’est l’idéal.

Pour ceux qui ne connaissent pas encore :  la Caponata est un plat traditionnel sicilien, une recette végétarienne gorgée de soleil, aux saveurs méditerranéennes et aux parfums d’été… miaaaammmmm

Il existe une multitude de variantes, des versions napolitaines ou tunisiennes mais la quintessence de la Caponata reste la même. C’est un plat typique à base de légumes, aux saveurs aigre-douces, idéal pour l’été, qui se déguste froid et pourquoi pas accompagné d’une bonne bouteille de Rosé… avec modération… (je sais ça peut faire rire).

Caponata cadre

Allez, je vous donne les détails de la recette que j’ai utilisée:

Evidemment le choix et la qualité des légumes sont primordiaux. Pour ma part, je me fournis chez Grand Frais ou sinon, j’ai la chance d’habiter dans le 94, une petite ville où il y a une douzaine de cultivateurs qui se partagent une vraie plaine maraîchère appelée « le domaine de St Leu »  et ils ont eu la bonne idée d’installer des casiers en libre-service (je vous en parlerai certainement prochainement). Un bon moyen de manger des légumes en circuit-court, de qualité et de Saison !!!

Les ingrédients :

1 kilo d’Aubergines (pour info la consommation idéale des aubergines est de mai à septembre,… on est bon !)

500 grammes de Tomates, il faut qu’elles soient bien mûres, pleines de saveurs, c’est vrai, c’est encore un peu tôt, dans un mois ça sera parfait et jusqu’en septembre…

200 grammes de Céleri branche bien tendre

300 grammes d’Oignons

20 à 30 Olives noires « à la grecque »

environ 50 grammes de Câpres (les meilleurs sont ceux au sel mais tellement difficiles à trouver que ceux au vinaigre sont parfaits !)

4 cuillères à soupe d’Huile d’olive

5 cuillères à soupe de Vinaigre de vin

1 cuillère à soupe de Sucre

Sel, Poivre

C’est bon, vous avez tout ? alors on y va :

comme j’ai un peu de mal avec la synchronisation (épluchage, découpe, cuisson), j’ai tendance à tout préparer avant de démarrer (question d’organisation, quoi ! Oui, là encore, ça peut faire rire)

Donc, après avoir bien lavé tous mes légumes, je coupe mes aubergines sans les éplucher en dés d’environ 2 cm (certains les font dégorger avec du gros sel pendant une grosse demi-heure pour en enlever l’amertume, perso je ne trouve pas ça amer, donc je zappe cette étape).

j’ébouillante mes tomates pour les éplucher plus facilement et je les coupe en quartiers.

Pour le céleri, je le divise dans le sens de la longueur et ensuite je le cisèle. (certains là aussi blanchissent le céleri dans l’eau bouillante salée, moi je ne le fais pas, je trouve qu’il garde mieux son croquant)

J’émince les oignons (et je pleure).

Il faut dénoyauter les olives et les couper en 2 (bon ben si vous avez de l’aide, type « enfant », il est temps de déléguer parce que ça c’est ch… à faire !)

Tout est prêt ? Il est temps de commencer les cuissons :

Dans un wok ou un fait-tout, mettre 2-3 cuillères à soupe d’huile d’olive à chauffer, il faut qu’elle soit très chaude pour y saisir les aubergines et ainsi qu’elles rendent l’huile absorbée, ensuite vous baissez à feu doux. Si votre gamelle est petite, il est préférable de cuire les aubergines en 2 fois. Les aubergines doivent être cuites mais pas trop ! Subtil ! Elles doivent être fondantes mais se tenir. Il faut compter environ 15 minutes. Ensuite vous les réservez sur un papier absorbant.

Je garde le même wok, je remets un peu d’huile et hop, c’est le tour des oignons, quand ils deviennent translucides, je rajoute le céleri pour une dizaine de minutes. Les céleris doivent rester légèrement croquants.

Je réincorpore les aubergines, je mélange bien, j’ajoute les olives, les câpres et les quartiers de tomates et enfin je verse sur les légumes le vinaigre, le sucre, un peu de sel et de poivre… Je laisse de nouveau mijoter une dizaine de minutes.

Voilà voilà, reste plus qu’à attendre demain !

Il faudra servir la Caponata bien fraîche. On peut magnifier la recette en la parsemant de feuilles de basilic, d’origan ou de menthe…

Côté variantes, j’ai lu après coup, qu’on peut enrichir la préparation de pignons, de raisins ou de pistaches, j’aime assez l’idée.

Si vous avez fait trop de Caponata (peu probable !), vous pouvez utiliser cette compotée en version chaude sur des pâtes avec pourquoi pas un bel œuf poché, hummmmm….

ou plus simplement en tartines, version Bruschetta.

Mon dernier conseil, à la pleine saison des aubergines et tomates, pourquoi ne pas se faire quelques bocaux pour l’hiver prochain ?

En fin de cuisson, il suffira de remplir des pots. Une fois plein, vous les fermez, les retournez et les laissez reposer toute une nuit. Le lendemain vous vérifiez que les couvercles sont bien hermétiques et le tour est joué.

Caponata -2

 

3 Comments Add Yours

  1. Frédérique

    Je confirme le plat était délicieux ou la cuisinière excellente. Un Regal des yeux et des papilles.

    Reply
    • CathB.admin

      Honnêtement, ce n’est pas bien compliqué !

  2. Yannick

    Pareil j’ai adoré
    A refaire….

    Reply

Leave a comment